Le traitement par stripping

Le principe

Le stripping traite les veines saphènes, les veines superficielles au niveau des membres inférieurs. Il y a deux saphènes :

  • La grande saphène, ou saphène interne, située pour l'essentiel sur la face médiale du pied, de la jambe et de la cuisse.

  • La petite saphène, ou saphène externe, visible du côté arrière de la jambe et passant sous la malléole externe.


Le stripping ne traite que les veines saphènes. Les varices sur les cuisses ou les jambes seront complémentairement traitées soit par phlébectomie réalisée en même temps que le stripping soit par sclérothérapie pratiquée au moins un mois plus tard.


Pour la veine grande saphène, le chirurgien pratique deux incisions : l'une sous le genou et l'autre au niveau de l’aine. Par l’incision sous le genou un guide semi-rigide appelé « stripper » est remonté jusqu’à l’aine. La veine est ligaturée (suturée) et fixée au stripper. Celui-ci est retiré par l'incision du bas, emportant avec lui la veine qui se retourne ainsi sur elle-même et sort avec le stripper. Des sutures ferment les incisions sous le genou et à l’aine.

Pour la veine petite saphène, les incisions se font sur la face postérieure de la jambe au niveau de la cheville et en arrière du genou. Le déroulement de l’opération est identique à celui de la veine grande saphène.

L'indication

Les techniques endoveineuses prennent le pas sur la chirurgie classique. La chirurgie par stripping reste toutefois d'application dans les cas exceptionnels, notamment lorsque les saphènes variqueuses sont de très gros calibre. Son indication s'impose également lorsqu'une approche endoveineuse s'avère problématique pour des motifs techniques : en cas de tortuosité majeure de la veine variqueuse ou bien d’un antécédent de thrombose veineuse superficielle avec occlusions segmentaires des troncs saphéniens.

Les avantages

Cette technique ne présente pas d'avantage par rapport aux traitements endoveineux.

Les inconvénients

Dans certains cas, les inconvénients observés sont les suivants :

  • Des brûlures cutanées, des hématomes, des perforations vasculaires, des lésions nerveuses,

  • Une phlébite profonde et, de manière rarissime, l'embolie pulmonaire

Les soins

  • Une prescription d'analgésiques peut s'imposer pour soulager l’inconfort.

  • Il convient d'éviter de se lever pendant les trois à quatre premiers jours suivant la chirurgie.

  • Les bandages pourront généralement être retirés après quatre jours.

  • En moyenne, la récupération post-opératoire dure deux à quatre semaines, en fonction du nombre de veines dépouillées et de leur emplacement. Il est important de garder les jambes surélevées en position assise.