L'insuffisance veineuse

Synthèse

Le flux veineux des membres inférieurs vers le cœur résulte des facteurs suivants :

- La pompe cardiaque : le battement du cœur entretient le débit sanguin
- La pompe respiratoire : la respiration modifie la pression dans l’abdomen et contribue à la remontée du sang
- La pompe musculaire : la contraction des muscles du mollet propulse le sang.


L'insuffisance veineuse consiste en un trouble de la circulation dans les veines des membres inférieurs.

La maladie est caractérisée par une altération des valvules, les petits clapets situés le long de la paroi veineuse et qui empêchent le reflux gravitationnel.

Lorsque ces valvules ne sont plus étanches, le sang reflue vers le bas et notamment dans les petites veines : l’on parle alors de stase veineuse. Cette stagnation sanguine entraîne un affaiblissement global de la paroi des veines.
 

Lorsque les veines périphériques, par leur dilatation, perdent leur capacité à remonter le sang vers le cœur, la stagnation sanguine qui en résulte endommage les tissus avoisinants. Des varices s’installent, des symptômes tels que lourdeurs, douleurs, crampes nocturnes, démangeaisons sont constatés.

En l’absence de traitement, et selon l’évolution de la maladie, des complications sont possibles telles que pigmentation, fragilisation de la peau jusqu’à l’ulcère, et plus rarement, hémorragie variqueuse et phlébite (thrombose veineuse).

A défaut de pouvoir « réparer » la varice, les techniques de traitement visent à la supprimer ou à la neutraliser, afin d’améliorer la circulation. Celle-ci s’établit alors de façon alternée, en se reportant des veines périphériques vers les veines centrales.La maladie veineuse représente un réel problème de santé car elle touche une bonne partie de la population. Environ 20-25% de femmes et 10-15% d'hommes souffrent de varices « visibles ».

 

Souvent bénigne à ses débuts, la maladie veineuse évolue insidieusement. Les symptômes initiaux en sont fréquemment de nature diffuse : difficiles à exprimer, ils ont néanmoins un impact négatif sur la qualité de vie de ceux et celles qui en souffrent.

Approche minimalement invasive de l'insuffisance veineuse chronique. Dr Benjamin Tatete interviewé par Jean-Yves Hindlet. Revue Vaisseaux, Coeur, Poumons Vol 22 n° 7 daté 2017

Cet article expose de manière détaillée le phénomène d'insuffisance veineuse chronique des membres inférieurs dont les varices sont l'expression la plus commune.

 

Sont analysées : les causes, les complications. Le détail de la consultation et du traitement sont exposés.  

Introduction

Les varices des membres inférieurs résultent d’une dilation permanente des veines périphériques sous-cutanées. Deux causes se conjuguent :

  • Le disfonctionnement des valvules intra-veineuses qui, en condition normale, participent au flux antigravitationnel du sang veineux des membres inférieurs vers le cœur.

  • L’altération de la structure de la paroi veineuse qui perd en élasticité


L’on distingue la varice proprement-dite de la varicosité, une petite dilatation intra-dermique inférieure à 3 mm. La varicosité peut être le signe précurseur d’une déficience vasculaire veineuse.

Hormis l’aspect visuel, les symptômes d’une déficience vasculaire veineuse sont :

  • La peau est sèche, irritée à hauteur de la veine touchée.

  • Au niveau des jambes, se manifestent inconfort, lourdeur, douleur, brûlures ou crampes musculaires, en particulier la nuit

  • Les pieds ou les chevilles sont enflés


Les symptômes s'aggravent généralement en station debout de longue durée ou par temps chaud. La marche ainsi que le repos, jambes levées, peuvent diminuer l’inconfort ressenti.

Le bilan veineux par « écho doppler »

En présence de varices ou de varicosités, la consultation permet de dresser un bilan veineux des membres inférieurs. Elle est certainement conseillée lorsque :

  • Les varices sont cause d’inconfort, voire de douleurs

  • La peau à hauteur de la veine est irritée ou douloureuse

  • Une irritation ou une douleur se manifeste dans les membres inférieurs, la nuit p.ex.

 

La consultation s’effectue par un « écho doppler » des membres inférieurs. Elle dure une demi-heure environ, elle est indolore. L’examen a pour objet d’étudier la morphologie des varices et, plus généralement, l’état du réseau veineux, la manière dont le sang y circule, l’éventuel disfonctionnement des valvules causes de reflux sanguins locaux.

 

Epidémiologie

Le phlébologue classifie les observations liées à la maladie veineuse selon le système CEAP.

Purement descriptive, la classification rend compte de l’observation faite selon les quatres facteurs suivants : la classe clinique (C) basée sur des signes objectifs, l'étiologie (E), la répartition anatomique (A) des reflux et obstructions dans les veines superficielles, profondes et perforantes et la pathophysiologie (P) sous-jacente, qu'elle soit liée aux reflux ou aux obstructions.

Le stade C1 de la maladie, sous forme de télangiectasies et de veines réticulaires, touche environ 80% de la population. Au stade C2, les veines variqueuses ont une incidence estimée entre 20 à 64%. Les stades C3 à C6 concernent 5% de la population dont 2% se retrouvent au stade C5 et C6.

Les critères cliniques (C)

Les critères complémentaires (E-A-P)

Les causes

Les varices sont le plus souvent essentielles, en particulier dans le cas d'une prédisposition génétique :

  • Un membre de la famille proche en souffre

  • Les femmes y sont davantage sujettes que les hommes

  • L'ethnicité


Mais elles peuvent également être acquises. Les facteurs favorisant la stase veineuse et le développement des varices sont :

  • La station debout sédentaire prolongée, typiquement liée aux métiers à risque

  • La sédentarité, la striction vestimentaire, la chaleur

  • L’âge, le surpoids, la constipation, le tabac

  • La grossesse

La prévention

Dans l’état actuel de nos connaissances, il apparaît illusoire que l’on puisse empêcher l’apparition de varices ou en limiter l'aggravation. En présence des facteurs cités ci-dessus, il est néanmoins conseillé :

  • D’éviter la station debout ou assise en restant immobile durant de longues périodes : prendre des pauses et se déplacer régulièrement, toutes les 30 minutes, est conseillé.

  • De soulager les jambes, en position levée, sur un oreiller durant le repos

  • De pratiquer l'exercice physique régulièrement : il améliore la circulation sanguine et permet de stabiliser son poids.

Le traitement

Les membres inférieurs comportent un système veineux redondant, consistant en voies veineuses périphériques et en voies veineuses centrales. Il est donc possible d’éliminer une veine périphérique variqueuse sans que cela n'entraîne de préjudice majeur.

Historiquement, en phlébologie, la chirurgie par stripping a constitué le traitement de référence des varices saphènes mais l’essor des traitements endovasculaires a profondément changé la donne.

 

Actuellement, au lieu de retirer la veine, des techniques dites « endo-vasculaires » existent pour la détruire « in situ ». Cette intervention, de nature minimalement invasive, s'effectue :

  • Sur base d'un processus thermique : cautérisation induite par la chaleur d’un rayon laser ou d’un courant de radio fréquence.

  • Sur base d'un processus chimique : injection de mousses fibrosantes ou de colles au cyanoacrylate

 

Les différentes techniques de traitement en détail